samedi 5 mai 2012

Perse

L'onagre persan court à soixante dix kilomètres heure 
Le guépard se cabre et s'enfuit dans la steppe 
Au soleil couchant, dans la tour d'argile du caravansérail
Je rêve à mon enfance lointaine et persane
Ô douce gazelle cligne de l 'œil au jeune prince !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire