samedi 2 juin 2012

placenta

tu improvises au ventre mol de l'été versatile
un vêtement électrique colle à ta peau
nonobstant tu dirais snob ostentatoire
la vie te flagelle bien les bas flancs
histoire de donner à ton visage ce creux délicieux
histoire de mouiller tes yeux de chien avant l'excuse finale

rien ne progresse, ce petit peuple renâcle à se révolter
dans l'écurie le vieux cheval piaffe d'impatience
le front est froid
tout se fatigue

autrefois, quand j'avais douze ans, à peine nubile encor
je savais d'un geste léger faire voler des cerfs volants sur l'herbe du jardin
aujourd'hui les saccades du vent m'immolent dans le ridicule des pierres

j'ai vieilli c'est cela, et vieillir rend immodeste et inconscient du vertige qu'il y a
toujours plus délicieux
à se pencher sur le précipice notoire de la vie

nonobstant nous rions
nous ne nous claquemurons pas
nous saluons bas les politiciens et faisons quelque risette aux enfants

avant de saigner dans le bas fond du lit
dans le ventre noir et ensanglanté du lit
où sèche le placenta de notre enfance

celle là que nous avons trahie avec constance
nonobstant
sommes devenus adultes au bord du vide

nous sommes restés debout devant le cadavre de nos parents
nous n'avons pas vomi
nous avons fait bonne figure

et puis, au seuil de notre vie, nous avons mimé la joie
comme on creuse un rictus imbécile
nonobstant.mp3

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire